En Belgique, on ne badine pas avec les soins de beauté. Une spécialiste en la matière en a fait l'amère expérience très récemment, puisque le tribunal civil de Liège a donné raison à la personne ayant protesté contre le mauvais traitement infligé par l'esthéticienne.

Une campagne de promotion mensongère

À l'origine du conflit, un problème de pilosité dorsale. L'homme âgé d'une quarantaine d'années souhaitait s'en débarrasser une bonne fois pour toutes. C'est donc naturellement qu'il se dirigea vers celle qui promettait, via sa publicité, "une épilation définitive qui élimine tout poil".

2 050 euros plus tard (soit le montant total de la facture après séances), le client remarquait toujours la présence de poils récalcitrants. Certes, on l'avait prévenu qu'un "fin duvet blond" pouvait éventuellement perdurer. Mais là, il s'agissait bien de "poils disgracieux".

Un raté qui coûte cher

Une nuance de taille convaincante aux yeux des jurés, eux qui ont de ce fait constaté que les poils sur le dos du plaignant étaient "plus foncés que la peau". En donnant tort à l'esthéticienne, le tribunal l'a ainsi condamnée à 2 800 euros de dommages et intérêts, auxquels s'ajoutent les 861 euros d'indemnités de procédure.

Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour le moment