Pour en arriver à une telle conclusion, les biologistes cognitifs issus de l'Université de Vienne ont procédé à une série de tests sur dix chiens adultes de races différentes, ainsi que sur leur maître respectif. L'une de ses expériences a notamment marqué les esprits.

Le maître plus important que les croquettes

Afin d'hériter d'une denrée alimentaire, la moitié des toutous devait faire coulisser une porte, de la même façon que leurs maîtres (qui avaient le choix de la tête ou de la main pour ouvrir ladite porte).

Même récompense pour les cinq autres chiens, à condition cette fois-ci de ne pas faire dans le mimétisme. Dans les dix cas, il y a eu imitation...

Avé l'accent, également

Si d'autres espèces seraient aussi touchés par ce "syndrome", comme les singes ou quelques oiseaux, la relation homme-chien contiendrait une certaine spécificité. La souci de "perfection" de l'animal, via sa relation avec l'être humain, expliquerait le phénomène de caricature.

Dernier détail amusant : une autre étude prouverait que certains chiens adaptent leurs aboiements... en fonction de l'accent régional de leur maître. Au fait, comment dit-on Oh, bonne Mère ! en langage canin ?

Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour le moment