Mercredi, jour de courses pour une habitante de Mezel, mère de deux enfants respectivement âgés de un et deux ans. La jeune femme considère ces progénitures trop dissipées pour l'accompagner dans son après-midi shopping. Elle décide donc de les laisser seuls, à la maison...

Plus de deux heures après son départ (des témoins affirment l'avoir vue partir en voiture sur les coups de 14 heures), un coup de téléphone alerte la gendarmerie de Vertaizon. Un voisin leur fait part des pleurs de bébé entendus à côté de chez lui.

Couches et biberons à la gendarmerie

Gendarmes et pompiers se mobilisent alors et parviennent à pénétrer dans le domicile suspect. Ils y découvrent les deux petits garçons laissés à l'abandon, ayant besoin d'être changés et réhydratés. À 16 h 45, ils sont ramenés à la brigade, où on leur donne le biberon en sus des soins corporels.

À 19 heures, les parents ne donnent toujours pas signe de vie. Décision est donc prise par le parquet de placer provisoirement les bambins dans un centre de l'enfance. Ils y passeront deux nuits (de mercredi à jeudi, puis de jeudi à vendredi).

Une atteinte aux mineurs fortement réprimable

Enfin rentrée chez elle, leur mère appelle la gendarmerie suite au message laissé par cette dernière. On lui somme de passer le lendemain pour entendre son explication. Elle avait tout simplement jugé ses enfants trop turbulents pour tolérer leur présence en magasin... La juge des enfants a été saisie.

Rappelons que le délaissement d'un mineur de moins de quinze ans en un lieu quelconque est passible de sept ans d'emprisonnement et de 100 000 euros d'amende, sauf si les circonstances du délaissement ont permis d'assurer la santé et la sécurité de celui-ci.

Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour le moment