En poursuivant votre navigation sur aladom.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur

OK En savoir plus

Création d'une micro-crèche

/ / / / Création d'une micro-crèche

Création d'une micro-crèche

Article publié le 17/06/2013 à 15:03

Création d'une micro-crèche

La micro-crèche comme bonne alternative entre la crèche classique et l'assistante maternelle

Pour pallier au manque de place dans les crèches collectives, le gouvernement a autorisé la création de micro-crèches, comme compromis entre la garde à domicile et la crèche classique. En tant que structure d'accueil collectif, elle peut prendre en charge 9 enfants, de 10 semaines à 6 ans.

Les étapes de la création de la micro-crèche: 

La micro-crèche peut être ouverte après montage de dossier et accord du Président du Conseil général. Elle peut avoir un statut différent selon la situation, et être montée par un particulier, des assistantes maternelles, une commune, un établissement public ou même une entreprise. 

Ici nous nous intéressons au cas des particulier, professionnels de la petites enfance ou non. 

Le dossier à compléter avant ouverture de la micro-crèche

Le dossier contenant les informations suivantes, doit être remis à la PMI ( Protection Maternelle et Infantile) du département, au Conseil général, à la CAF et à la MSA (Mutualité Sociale Agricole) :

  • L'intérêt du projet : Une étude des besoins auxquels il souhaite répondre 
  • Une description de l'établissement et son adresse 
  • Le statut juridique choisi La liste du personnel et leurs qualifications, rôles, temps de travail et rémunération 
  • Les modalités de fonctionnement 
  • Le budget prévisionnel 

Au final la décision de création de la micro-crèche sera prise par le président du Conseil général après la visite d'un médecin de la PMI dans les locaux.

Etude de marché: sélectionner le lieu idéal pour créer une micro-crèche

La première démarche consiste à trouver les locaux. Pour ce faire, une étude de marché doit être menée afin de trouver l'endroit idéal. 

Cette étude doit prendre en compte le taux d'offre de garde en fonction des besoins des habitants et les acteurs locaux tels que la CAF, les élus, les professionnels de la petite enfance... etc. 

Un particulier peut ouvrir une crèche partout où le besoin s'en fait sentir, sous réserve de quelques conditions, obligatoire ou fortement conseillées. 

Ainsi, la micro-crèche idéale : 

  • Répond aux critères de sécurité et d'hygiène 
  • A une superficie d'au moins 100m2 
  • Est située en rez-de-chaussé 
  • Possède un jardin, ou se situe près d'un espace vert. 

Si l'un de ces critères manque au local choisi, il est peut être mis aux normes. Un cahier des charges est fourni par le Conseil général et la PMI. 

Il faut bien sûr se munir du matériel nécessaire à l'accueil de jeunes enfants (mobilier de puériculture, équipement pour le ménage, la cuisine et l'entretient du linge...). 

Le financement du projet d'ouverture d'une micro-crèche 

Comme pour le statut juridique, il existe plusieurs moyens de financement

  • La CAF peut verser une aide de Prestation de Service Unique (PSU) (pour plus d'information consultez notre article sur les crèches d'entreprise). Dans ce cas les tarifs doivent être personnalisés en fonction des revenus des parents. 

La commune, le Conseil général ou des entreprises souhaitant participer à la création de la micro-crèche peuvent aussi apporter des aides. 

Cependant, une micro-crèche est dans tous les cas un défi économique, car l'équilibre est difficilement atteignable. Les places doivent être optimisées du fait du nombre de place restreint. 

Le personnel :

La présence d'un directeur n'est pas obligatoire. La personne chargée de suivre le projet (professionnelle de la petite enfance ou non) peut travailler à temps partiel et n'est obligatoirement présente dans les locaux. 

Le personnes qui s'occuperont des enfants doivent avoir une qualification de niveau V minimum (CAP petite enfance ou auxiliaire de puériculture) et 2 ans d'expérience, ou 5 ans d'expérience en tant qu'assistante maternelle agréée. A plus de trois enfants, deux professionnels doivent être présents.

Les employés au sein de la micro-crèche ont le statut de salariés et non celui d'assistante maternelle. Les personnes impliquées devront élaborer un projet éducatif approprié au type d'accueil.

Illustration : © Goran Bogicevic - Fotolia.com

Partager sur les réseaux sociaux