Aladom est une entreprise agile

/ / / Aladom est une entreprise agile

Aladom est une entreprise agile

Article publié le 07/08/2013 à 11:50

Aladom est une entreprise agile

Scrum en entreprise

La société aladom édite depuis 2008 un site internet qui permet de mettre en relation les prestataires de services à la personne avec ceux qui recherche une femme de ménage, une babysitter, une aide pour personnes âgées, un professeur particulier ou tout autre intervenant à domicile. Aladom a décidé de mettre en place en 2013 des process agiles pour le développement du site. Voici un retour d'expérience.

Externalisation du développement puis internalisation

J'ai créé aladom en 2007, et le développement de notre site web a connu plusieurs phases :

  • en 2007, la première version a été développée par Arnauld, cofondateur de la société. On peut retrouver sur archive.org les premières versions du site aladom et voir ainsi le long chemin parcouru.
  • en 2008, le développement a été confié à la société Utopiaweb qui a su donner une nouvelle image au site et prendre en compte les problématiques SEO que nous avions.
  • fin 2011, nous avons choisi d'internaliser notre développement en recrutant Ludo.
  • en 2013, l'équipe technique s'est agrandie avec l'arrivée de Micka puis d'Antoine.

Début 2013, j'ai pris peur en voyant que nous n'arrivions pas à fixer des échéances à nos projets. Comme dans toutes entreprises avec des développeurs, les deadlines se trouvaient repoussées et souvent il restait une semaine de travail pour finaliser un projet quand 7 jours plus tôt il restait déjà une semaine...

Voyant que l'équipe technique grandissait, j'ai cherché à mieux nous organiser et à minimiser l'effort pour transmettre les besoins. Je repensais aux journées que j'avais pu passer sur des spécifications fonctionnelles dans mon ancienne vie et je ne voulais pas retourner vers ça. J'ai fait le choix de mettre en place une démarche agile au sein d'aladom.

Bref, aladom est devenu une entreprise agile

Comme Monsieur Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir, nous étions agile sans le savoir. Mais il  fallait nous organiser. Je voulais éviter de rentrer trop dans la théorie et j'ai souhaité mettre en place quelque chose de concret. J'ai fait appel à Laurent Morisseau, un expert de l'agilité, que j'avais eu l'occasion de rencontrer lors des open coffee de Rennes. J'ai fait appel à lui car je savais qu'il avait pu mettre en place des démarches agiles dans plusieurs entreprises et qu'on pourrait ainsi profiter de son retour d'expérience.

Il a donc formé l'équipe et il nous a accompagné dans la mise en place de la méthode SCRUM. Amoureux de Rugby, j'étais content d'introduire la mêlée au sein d'aladom.

Nous avons impliqué dans le projet nos 3 développeurs, le responsable marketing et la direction. Les principaux rôles dans l'équipe sont :

  • le SCRUM Master qui veille à ce que la méthode soit bien mise en oeuvre,
  • le Product Owner qui représente les clients et les utilisateurs et qui définit les orientations du produit,
  • les développeurs qui s'auto-organisent pour faire du bon développement. 

Voici les différentes étapes du projet qui nous ont permis de mettre en place SCRUM :

  • en mai l'équipe a fait du e-learning (7h de videos) pour découvrir les principes de SCRUM,
  • le 29 mai, nous avons fait une journée de formation sur site,
  • le 19 juin nous démarrions notre premier Sprint de 2 semaines. 

Nous avons mis en place du coaching avec Guillaume, coach agile junior, pour les moments clés des premiers Sprint. Ceci nous a permis de partir rapidement sur de bonnes bases et de corriger ce qui devait l'être. Nous sommes actuellement au troisième Sprint et avons déjà beaucoup progressé.

Le projet n'avait pas été accueilli à bras ouverts quand je l'avais proposé en avril. J'avais alors commencé à me demander si notre équipe n'était pas trop petite pour ça. Mais nous avons tout de même décidé de mettre en place SCRUM et aujourd'hui je ne le regrette pas. 

Sprint, product backlog et planning poker

SCRUM nous permet d'avancer sur des projets à plusieurs en ayant de la visibilité sur ce qui est fait et ce qui reste à faire. Les Sprint de 15 jours nous donnent assez de souplesse pour pouvoir définir les orientations à prendre sur le développement pour le mois en cours et pour le court terme. 

Le product backlog nous permet d'avoir une vision de ce que nous avons à accomplir et d'imaginer à quelle échéance chaque évolution pourrait être faite. Le product backlog contient les User Story (Récit Utilisateur) qui décrivent en français ce qu'on souhaite accomplir. Voici un exemple : "en tant que Responsable webmarketing, je souhaite Envoyer un e-mail de suvi qualité aux prospects pour Savoir s'ils sont satisfaits des services d'aladom". Ceci est en place désormais et les utilisateurs d'aladom sont plutôt satisfaits :)

Planning poker Avant chaque Sprint nous faisons un Planning Poker qui nous permet d'estimer la charge de chaque user story. Nous nous mettons alors autours d'une table et passons en revue les users stories que nous souhaitons embarquer dans le prochain sprint. Chacun donne une estimation de charge aux différentes user story en utilisant la suite de Fibonaci (1, 2, 3, 5, 8, 13...).  

Ceci nous permet de définir la liste des users stories que nous prévoyons de réaliser lors du Sprint. Ces users stories sont ensuite reprises sur des post-it que nous regroupons sur le mur dans une zone "à faire". A chaque fois qu'un développeur commence un développement, le post-it passe dans la catégorie "en cours" et quand c'est fait dans la zone "fait". Ceci est très visuel et permet de suivre l'avancement pendant le Sprint. Si tout est encore à faire à la moitié du sprint, on sait qu'on a mal évalué la charge où qu'il y a eu un soucis (comme une panne chez notre hébergeur...). 

Scrum en entreprise

Suivi des user stories pendant le sprint

A la fin des 2 semaines, nous nous réunissons pour La revue de sprint. L'objectif est de valider que ce qui a été développé est conforme aux attentes. Une démonstration live permet de valider chaque évolution ou de définir les ajustements à faire. Si besoin, nous invitons à la démonstration les utilisateurs concernés.

Enfin, l'équipe fait une rétrospective du sprint qui permet de comprendre ce qui n'a pas bien marché dans le sprint, de lister les erreurs faites et d'améliorer le process. La méthode Scrum n'est pas trop contraignante et peut être aménagée en fonction du contexte.

Bref, je recommande fortement la mise en pratique et je répondrais bien volontiers à ceux qui se posent des questions sur la mise en oeuvre de Scrum. N'hésitez pas à réagir à cet article si vous aussi vous avez aussi un retour d'expérience à faire.

Illustration : aladom

Partager sur les réseaux sociaux

Déposer un commentaireDéjà 1 commentaire

Commentaire de Préférence Domicile Gironde

Postée le 06/11/2013 à 10:05

Cela fait toujours plaisir de voir une entreprise dynamique.
Mais pourquoi la méthode du sprint n'est-elle pas appliquée en permanence ?
Est-ce qu'il s'agit, comme en sport, de faire du fractionné pour ne pas "s'endormir" sur des rythmes d'aérobie...?

Préférence Domicile Gironde

Déposer un commentaire